Contactez-nous
Life Plus > Blog > A la une > Le bénévolat, un renfort précieux pour les EHPAD !

Le bénévolat, un renfort précieux pour les EHPAD !

Publié le 02-11-2020

Particulièrement en cette période de crise sanitaire, les EHPAD ont besoin d’aide. Entre cas positifs et arrêts maladies, certains établissements ne disposent plus de l’effectif nécessaire pour assurer l’ensemble de ses services. Même en recrutant du personnel soignant supplémentaire, certaines activités d’animation pour réduire le sentiment d’isolement des résidents ne sont plus organisées. C’est ici que les bénévoles peuvent constituer un vrai renfort dans votre établissement ! [1]

Découvrez tout ce que vous devez savoir sur le bénévolat en EHPAD et Résidence à travers ces 6 questions.

 

Qu’est-ce que le bénévolat ?

 

Tout d’abord, soulignons qu’il n’existe pas de texte officiel réglementant le statut de bénévole. Seul l’article 1 de la loi 1901 met en avant le but désintéressé des actions du bénévole : « est bénévole toute personne qui s’engage librement pour mener une action non salariée en direction d’autrui, en dehors de son temps professionnel et familial ». Du latin, benevolus, le bénévole est celui qui veux (volo) le bien (bene). Il exerce donc gratuitement son activité : « Le salaire du bénévole est la satisfaction du travail accompli » (Raoul DUGUAY).

Il est intéressant pour un directeur d’EHPAD de différencier le bénévolat du volontariat puisque les implications juridiques diffèrent. Le volontariat est un intermédiaire entre le bénévolat et le salariat : il implique des indemnités financières alors que le bénévole ne perçoit aucune compensation financière, si ce n’est le remboursement de frais relatifs au bénévolat. [2]

Le bénévolat en EHPAD est particulier car il met en relation le bénévole avec un public fragile. Cela implique deux difficultés :

  • Un attachement au résident dont la fin de vie peut être plus ou moins proche.
  • Une identification du bénévole aux résidents entrainant sa projection dans le futur.

Mais cela n’arrête pas les plus courageux ! D’après la DREES, près de 8 EHPAD sur 10 reçoivent aujourd’hui des bénévoles ou d’autres intervenants externes. [3]

 

Qui pouvez-vous accueillir comme bénévole ?

 

Il existe une seule contrainte pour être bénévole en EHPAD : avoir entre 18 et 80 ans. Aucune formation n’est demandée. Chiffre à l’appui : seulement 25% des bénévoles en EHPAD ont bénéficié d’une formation. Le bénévole doit donc être prêt à se former sur place et à s’adapter.

Il existe généralement 3 catégories de bénévoles [2] :

  • Les bénévoles indépendants : ce type de bénévole provient souvent du réseau relationnel de proximité. Ils viennent d’eux-mêmes et ont connu l’établissement par leurs propres moyens.
  • Les bénévoles du culte:  souvent catholiques, ces bénévoles sont rattachés à une aumônerie.
  • Les bénévoles associatifs: plus de 60% des bénévoles proviennent de cette catégorie.

Quel que soit le type de bénévoles, chaque intervenant est motivé par l’envie d’offrir de son temps dans un EHPAD.

 

Quelles missions leur confier ?

 

Les bénévoles peuvent soulager le personnel soignant et assurer le bien-être des résidents à travers différents rôles :

  • Visite et compagnie
  • Accompagnement pour aller dans les jardins ou les parties extérieures
  • Aide dans les gestes du quotidien
  • Animation et loisirs
  • Soutien lors de la fin de vie

Généralement, les bénévoles en EHPAD s’occupent principalement d’accompagner les résidents en fin de vie ou d’assurer les animations dans l’établissement. La fonction première du bénévole est donc d’accompagner, c’est-à-dire de « comprendre ce qu’il est en train de vivre, tout en gardant la distance nécessaire pour lui apporter une aide véritable » selon Carl Rogers. En somme, les bénévoles ne sont pas là pour pallier le manque d’effectifs d’un établissement et donc assurer un accompagnement médical, mais plutôt pour assurer un soutien aux équipes, notamment pour les animations et activités collectives. Ils s’intègrent complètement à la vie de l’EHPAD.[2]

En pratique la DREES explique que 79% des établissements accueillant des bénévoles en établissement leur confient des activités d’animations, 44% leur confient des sorties et 58% comptent sur eux pour tenir compagnie aux résidents.

 

Quelle valeur ajoutée pour votre établissement ?

 

Il est indéniable que le bénévolat en EHPAD apporte beaucoup aux résidents : joie, échanges, écoute, aide… Les personnes âgées en EHPAD souffrent souvent de solitude malgré les autres résidents avec qui elles cohabitent et le personnel qui les accompagne au quotidien. Ainsi le bénévole tente de faire oublier cette sensation pour quelques heures au résident. Comme l’explique Françoise DEMOULIN, « une personne ne peut se réduire à une maladie. Sa prise en charge doit être globale, ce qui suppose un maintien de sa vie sociale et relationnelle ». C’est précisément sur cet aspect que le bénévole peut aider le résident en développant des liens pour se sentir « humain ». [2]

Cette idée peut aussi être mise en exergue grâce à l’étude de Virginia Henderson sur les besoins fondamentaux de chaque humain. Elle en liste 14 : le besoin de respirer, de boire et de manger, d’éliminer, de se mouvoir et de maintenir une bonne position, de dormir et de se reposer, de se vêtir et se dévêtir, de maintenir la température de son corps dans les limites de la normale, d’être propre, d’éviter les dangers, de communiquer, de pratiquer sa religion, de s’occuper et de se réaliser, de se recréer, et enfin d’apprendre. Alors que les neuf premiers sont assurés principalement par le personnel soignant, les besoins de communiquer, de s’occuper, de se recréer et d’apprendre peuvent être assumés par le bénévole. Apparait ici clairement la valeur ajoutée du bénévolat en EHPAD : il vient en soutien de l’équipe salariée de l’EHPAD pour permettre aux résidents de s’épanouir individuellement et collectivement. [4]

 

Quel est le cadre législatif à respecter ?

 

D’un point de vue légal, le bénévole n’est soumis à aucune subordination juridique, contrairement au volontaire. Il ne reçoit aucune rémunération et n’a pas d’ordres ou de sanctions à recevoir de la part de l’établissement. Néanmoins, il est tout de même nécessaire qu’il respecte les normes de sécurité du secteur dans lequel il est bénévole. Ceci est très important, notamment dans le domaine du médico-social.

L’action bénévole n’est donc pas réglementée en EHPAD, ce qui nécessite la création d’une convention de partenariat ou d’une chartre pour définir les modalités de leur intervention. Dans tous les cas, il est recommandé aux directeurs de l’EHPAD de demander un certificat d’assurance couvrant la responsabilité civile.

Il existe néanmoins une exception qui confirme la règle : les bénévoles chargés de l’accompagnement de la fin de vie et appartenant à des associations qui les ont sélectionnés, sont encadrés par l’article L1110-11 du code de la santé publique. [5]

A noter également que l’on parle ici du bénévolat. Le discours est tout autre pour le volontariat. Retrouvez les principales différences dans le tableau ci-dessous :

Différence entre Bénévolat et Volontariat

 

Comment « gérer » les bénévoles ?

 

Les bénévoles, même s’ils représentent un renfort précieux pour les établissements comme les EHPAD ou les Résidences Services Senior, il est difficile de les fidéliser. Souvent peu formés et préparés, cette expérience peut être difficile émotionnellement pour le bénévole. Dès lors, pour assurer la pérennité des relations entre lui et l’établissement, il existe trois leviers [5] :

  • Savoir sélectionner les bénévoles en amont, notamment en se fondant sur leur savoir être
  • Assurer une formation pour encadrer les bénévoles
  • Reconnaître et valoriser les actions des bénévoles

Dominique Thierry, président d’honneur de France Bénévolat, va plus loin dans cette réflexion sur les bonnes pratiques de « gestion » des bénévoles. Il expose six piliers fondamentaux [2] :

  • Être à l’écoute des besoins du bénévole
  • Accueillir le bénévole en l’intégrant à l’équipe et aux projets en cours
  • L’intégrer du mieux possible pour qu’il se sente à l’aise avec l’équipe et le projet ; et ait ainsi envie de poursuivre le projet dans l’établissement
  • Les former pour qu’ils puissent évoluer au sein de la structure et réaliser leurs actions dans de bonnes conditions
  • Adapter leurs missions en fonction de leurs compétences
  • Valoriser leurs actions et leur montrer de la reconnaissance.

 

 

Ainsi, le bénévolat en EHPAD et Résidences serait un bon atout pour venir en renfort face au manque actuel d’effectif. Même si les actions solidaires se sont multipliées durant la période de confinement (cf article précédent), il s’agit de faire du bénévolat une action pérenne et non ponctuelle. Certaines associations, comme Les blouses Roses ([6]), en font leur priorité.

Restons à l’affut de ces alternatives qui améliorent le bien être des seniors au quotidien en établissement !

 

 

Victoire de Lambilly

 

 

Sources :

[1] https://www.capital.fr/votre-retraite/pouvez-vous-venir-en-aide-aux-ehpad-1367098

[2] http://www.solidages21.org/wp-content/uploads/2016/11/B%C3%A9n%C3%A9volat-dans-EHPAD-2016-G.-Debacq.pdf

[3] https://www.capretraite.fr/blog/maisons-de-retraite/benevoles-acteurs-essentiels-de-vie-ehpad/

[4] https://www.infirmiers.com/etudiants-en-ifsi/cours/cours-soins-infirmiers-virginia-henderson.html#:~:text=Les%2014%20besoins%20fondamentaux&text=Le%20besoin%20d’%C3%A9liminer%20%3A%20n%C3%A9cessit%C3%A9,du%20fonctionnement%20de%20l’organisme.&text=Le%20besoin%20de%20dormir%20et,conserver%20et%20promouvoir%20l’%C3%A9nergie.

[5] https://www.rc-humanrecruitment.com/faire-venir-benevoles-ehpad/

[6] https://www.lesblousesroses.asso.fr/fr/devenir-benevole

Tags : A la une, EHPAD, Maintenir le lien social, Soutenir les aidants

tristique Aliquam eget dictum nunc dolor. Sed elit.